Réalisations

Activités réalisées par l’organisation Mwanamke Kesho

.Mwanamke Kesho organisation a participé avec 30 organisations des jeunes à un atelier de formation organisé par LAPRUNELLERDC.INFO Asbl avec l’appui de #CAFOD dans le cadre du projet #TufauluPamoja#reussirensemble pendant deux jours sur la communication dans la non-violence active, pour consolider la paix et transformer des conflits.

Les assises ont été ouvertes hier par le vice gouverneur #MarcMalagoKashekere et viennent d’être clôturées par la directrice exécutive Judith Maroy Merci pour la confiance en #mwanamkekesho et le soutien indéfectible à son travail Tous ensemble faisons entendre la voix de la jeune fille et de la femme en général

…..

La femme au centre de la lutte contre la malnutrition, l’insécurité alimentaire et la pauvreté

Vos pommes des terres sont disponibles, vous achetez une mesure, des kilos vous soutenez le travail des filles et des femmes Le stock étant trop limité, hâtez vous !Ensemble faisons entendre la voix de la jeune fille et de la femme en général #mwanamkekesho#MwaK2021#entrepreneuriatfeminin

….

……..

Après la catastrophe liée à l’éruption du volcan Nyiragongo dans la ville de Goma et environs(Nord-Kivu) le 22 mai dernier, des déplacés venus trouver refuge dans la province du Sud-Kivu ont toujours plusieurs difficultés.
Le consortium des organisations LUCHA, « Mwanamke Kesho », La Prunelle asbl, et Kal Melanina est allé rencontrer certains de ces compatriotes présents dans la région de Kalehe au nord du Sud-Kivu.
La Société Civile de Kalehe estime à plus 77 milles déplacés de Goma dans la région.
Sur place à Kalehe-centre, Nyabibwe et à Minova, Mwanamke Kesho, La Prunelle asbl, Lucha et Kal Melanina ont apporté quelques vivres et non vivres à quelques familles démunies et dépourvues des moyens de subsistance.

Elle a profité pour préciser que ce consortium qui n’a pas de moyens suffisants n’a fait que sa part, invitant les uns et les autres à plus d’actions dans la région.

Depuis l’éruption volcanique du Nyiragongo le 22 Mai 2021, nous avons lancé une campagne de récolte des biens auprès des habitants de Bukavu en vue d’assister les déplacés venus de Goma et du territoire de Nyiragongo. C’est désormais chose faite. Le mardi 08 Juin, nous étions à Nyabibwe en territoire de Kalehe pour remettre aux déplacés les quelques biens (habits, ustensiles ménagers, bassin de toilette, …). Merci à tous ceux qui ont contribué. Grâce à vous, nous avons redonner sourire et espoir aux nôtres.

……

Il s’agit d’un lot constitué des vivres et non vivres mobilisés à travers des dons des personnes de bonne volonté depuis plusieurs jours dans les marchés, des organisations et partout ailleurs.
Sur place, la cheffe de la délégation et Coordinatrice de « Mwanamke Kesho » a remercié les personnes qui ont voulu poser des gestes à travers ces organisations afin de soulager la souffrance de ces quelques compatriotes. Cette arrivée dans la région est aussi pour venir se rendre compte des besoins. Elle n’exclut pas un retour urgent après ce lundi pour une action « consistante ».

« Nous sommes venus pour apporter notre aide à la hauteur de nos moyens à quelques familles prises à la volée. Nous agissons pour apporter un petit sourire à ces femmes et enfants surtout qui vivent loin de leur toit dans des conditions difficiles. Nous remercions ceux qui se mobilisent déjà depuis le drame de Nyiragongo et nous appelons les autres à agir car les besoins sont énormes. Nous avons vu ce qu’il y a ici et j’espère que nous reviendrons très bientôt pour une action consistante », dit Grâce Malaika, Cheffe de cette grande délégation du Consortium LUCHA, Mwanamke Kesho, La Prunelle asbl, et Kal Melanina.

Notons que depuis le début de cette crise humanitaire, plusieurs organisations ont fait leur part pour assister les déplacés de Goma. Le Sud-Kivu s’est mobilisé à travers personnalités et organisations.

………………

CHIDAHO

Journée internationale de l’hygiène menstruelle, Sensibilisation et conscientisations des filles et des parents sur les questions d’hygiène, de droit et de la santé suivi d’une fabrication de savon dans le cadre d’action et investissement en faveur de l’hygiène et de la santé. Retour sur image de l’activité 30 filles et femmes formées en fabrication des savons et dotées par ces derniers.

Les mythes, peurs et de honte devraient être brisées de tous les côtés, parents (pères et mères ) ainsi que de la part des jeunes filles cela évite de briser des intox et conceptions erronées qu’ont les jeunes sur l’hygiène menstruelle et les protéger contre le danger.

,#DroitHygienneEtSanteSexuelle#MwaK#RDC

Ce 29 Mai 2021

Important à savoir, le 28 (cycle moyen) 5 (moyenne des jours pendant les règles) a été retenue pour parler de l’hygiène menstruelle, où les voix sont levées, brisant les mythes, les hontes et les peurs, pour aider de milliers des femmes qui grandissent perdues, Judith Binti Mufungizi#RDC

https://twitter.com/mwanamk…/status/1398507984192520192…

..

L

..

Les femmes restent des agents économiques importants et paraissent dans tous les secteurs quoi que dans l’informel, La femme «Mwanamke Kesho » est au centre de la lutte contre l’insécurité alimentaire, la malnutrition et la pauvreté, Des choux, des haricots, des pomes de terres vous seront disponible d’ici 30 jours Nous avançons sûrement et c’est ensemble que nous réussirons, joignez vous !

  • Le 10 AOUT 2020, Mwanamke Kesho  à organiser un concours pour la paix, pour la contribution à la promotion de la paix et la cohabitation pacifique dans le SUD KIVU à FIZI, shabunda, Mwenga , Kalehe, et en particulier dans les hauts plateaux de Minembwe, dans cette activité nous avions fait un appel aux groupes de danses ,musiciens, poètes, slameurs,… pour un concours de danse, chant, et écriture, pour la paix dans les zones conflictuelles du Sud-Kivu et spécifiquement dans les hauts plateaux.
  • LE 11 AOUT 2020 , Mwanamke Kesho  a été recu par le rapporteur de l’assemblée provinciale du sud kivu ,l’honorable jacques kamanda, nous avions fait un echange fructueux au cours du quel plusieurs questions ont été evoquées :
  • Accompagnement de la jeune fille,
  • Education sur la  santé sexuelle et reproductive,
  • Autonomisation de la jeune fille par (agriculture, elevage, artisanat, et entreprenariat ,)
  • Eadership, engaement citoyen et participation de la jeune fille,
  • Enquête réalisée sur la recrudescence de grossesses precocces par la fermeture des écoles dans la ville de bukavu depuis l’avenement de COVID-19,
  • Concours pour la paix dans le sud kivu et particulierement dans le haut plateau .

Ayant plusieurs fois intervenu dans le meme domaine , l’honorable a promis accompagner Mwanamuke Kesho   ddans  ses initiatives  à leur hauteur

Mwanamke Kesho avons organisé une journée portes ouverte entre les jeunes filles et des femmes ce mardi 17 Décembre 2020 à  Mungwawere  dans le territoire de kalehe, pour parler du droit  à la santé sexuelle et reproductive chez les filles et les femmes. Des questions courantes ont été abordées et des échanges entre femmes et filles adolescentes s’en sont suivis.

Des questions liées à la sexualité ; l’hygiène menstruelle et à la santé reproductrices ont été au menu de ces échanges. Et pourtant elles continuent à être les moins abordées par les parents en familles ; les jeunes adolescents garçons et filles sont abandonnés à leur triste sort.

Lors des échanges entre jeunes filles et mères des foyers ; ces femmes ont évoqué les questions des us et coutumes ; d’autres encore des normes sociales.

Certaines parmi elles pensent qu’il n’est pas nécessaire de dire toute la vérité aux adolescents de peur de les voir se méconduire; d’autres encore pensent que les adolescents et plus encore les jeunes filles devraient être informées sur leur droit sexuel pour savoir comment elles devraient se protéger et jouir  de leur corps.

« Nous on a vécu là où la femme n’avait droit à rien ou elle était considérée comme une chose n’ayant pas droit ni à la parole moins encore à la considération.  Nous avons grandi dans une société où parler du sexe même avec son mari était un tabou ; plus grave est encore, réunir les enfants en parler.  Je ne l’ai jamais fait et mon mari ne peut me permettre cela » nous dit Nsimire Mahenge.

///////

Disons que les jeunes et particulièrement les filles sont les plus victimes ; à l’occasion de cette séance de porte ouverte, les filles s’expriment ; elles profitent de cette occasion pour faire entendre leur voix ainsi faire connaitre leur problème et ensemble trouver les pistes de solutions

« La première fois que J’ai vu mes menstrues, j’ai eu peur d’en parler à ma mère. Je suis partie en parler à mon petit ami il m’a trompé que c’était une maladie. Il m’a dit pour que j’en guérisse je devrais faire le rapport sexuel.  3 mois plus tard je suis tombée enceinte et aujourd’hui j’ai un enfant de 2 ans.» nous fait savoir

« J’ai totalisé mes 13 ans sans savoir c’est que signifiait règle pourtant j’allais à l’école ; lors de notre cours d’éducation à la vie on nous apprenait comment se laver et garder la maison ces questions de sexualités ne sont pas abordées ni à l’école ni en famille comment nous on devra être informées ? »  Rolande Sifa.

Face à cette situation, Mwanamke Kesho appelle la Société à briser le silence et aborder ces questions. Car, selon la coordinatrice Grace Maroy, il en va de l’avenir de la femme, l’avenir de la société de demain avec elle.

« Nous avons encore l’opportunité de prévenir les grossesses précoces souvent dangereuses aussi bien pour la fille que pour le bébé. Les mariages forcés, la pauvreté chez les jeunes filles et bien d’autres problèmes » dit-elle.

Après cette journée portes-ouvertes qui a réuni 50 jeunes filles et femmes, Mwanamke Kesho pense que dès aujourd’hui, les femmes devraient s’engager à avoir des moments d’échange en familles entre parents et jeunes sur la sexualité, la santé et l’hygiène ; c’est ensemble que nous obtiendrons ce changement que nous voulons avoir, celui de protéger, de défendre et promouvoir les droits des jeunes filles femmes de demain.

………

Dans le but de lutter contre les violences faites aux femmes et mener des actions pour sanctionner les auteurs de ces violences. Les organisations et gouvernants s’unissent chaque année dans le cadre de 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes.Occasion pour l’organisation Mwanamke Kesho de lancer une message de solidarité aux victimes des violences en Sud-kivu.

La rédaction de votre journal vous propose l’intégralité du message de cette organisation œuvrant dans la promotion des droits des jeunes filles et femmes.

« MESSAGE DE MWANAMKE KESHO (MWAK) 16 JOURS D’ACTIVISME

Les 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre du système des Nations Unies se dérouleront du 25 Novembre au 10 Décembre et se déclineront selon le thème mondial pour 2020 : « Orangez le monde : Financer, prévenir, répondre, collecter ! »

Si la justice pouvait régner si elle n’était pas de plus forts, si elle pouvait pulvériser toutes les âmes qui violent nos mères nos petites soeurs ,… On aurait moins des guerres. Malheureusement la guerre est dans nos maisons et bien d’autres situations qui nous laissent sans défense il faut donc être à mesure de lutter Pour nos familles nos enfants et toutes les femmes

Soutenez les femmes et les filles victimes de violence, pour qu’elles puissent vivre en toute sécurité, sans violence ni rancœur.

Les soutenir c’est dénoncer le mal, l’injustice et le crime qu’elles subissent il y a plusieurs années, des victimes depuis plusieurs années qui n’ont toujours pas obtenue la réparation c’est le pardon lequel pardon n’est pas contre la vérité, ne veut pas non plus dire oublier notre histoire, mais aimer l’être humain tel qu’il est , la réparation est l’un des chemins vers la paix.

Au niveau mondial, 243 millions de femmes et de filles avaient été victimes d’abus sexuels commis par un partenaire intime au cours des 12 mois précédents.

Dans le même temps, moins de 40% des femmes qui subissent de la violence en ont fait état ou ont demandé de l’assistance. Profitons de ces 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre, passons à l’action de sensibilisation et de mobilisation cette année pour exiger justice pour les milliers des filles et des femmes qui subissent les violences dans leurs foyers dans leurs milieux de travail.

Chacun devra apporter sa part, si tous et chacun se battait dans son petit coin pour ce à quoi elle croit un monde équitable pour toutes et tous serait possible, nous ne devons pas nous sous-estimer chacun à son niveau devrait prendre conscience que petites actions soient elles peuvent avoir de l’impact pour contribuer à la réduction de la violence à l’égard des filles et des femmes, tous nous avons donc un rôle important à jouer chacun dans son domaine. Il faut juste se poser une question, quel sera mon rôle ?

Les violences domestiques ont accru de 70% dans la ville de Bukavu selon le rapport de l’enquête menée par Mwanamke kesho MWAK sur l’impact de civid 19 sur la es jeunes filles, Août 2020

Plus que hier, en cette période de Covid19 les jeunes filles et les femmes très touchées par cette maladie à corona virus ont plus besoin de vous, joignez vous à nous pour faire entendre leur voix faire connaitre leur problèmes ainsi que leur besoin, ces femmes de demain espoir comptent sur chacune de vos actions pour recouvrir leur liberté et leur droit

Pour que les années qui viennent soyons en paix disons ensemble non à la violence faite à la femme et à la fille à travers des actions de sensibilisation et de mobilisation profitons de ces 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et filles et haussons haut et fort nos voix, brisons la peur en exigeant réparation et justice pour ces milliers des femmes et filles qui continent à subir des violences de plusieurs genre dans leur foyer, dans leur milieux de travail et les crimes disparaitront, l’injustice sera cassée et la justice et l’égalité entre homme et femme règnera»

En rappel,le lancement de campagne «16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes» est intervenu ce Mercredi 25 Novembre en ville de Bukavu en présence des acteurs oeuvrant dans la protection des droits de la femme.

Par Loni Irenge Joël

Janvier 2021

Peut être une image de une personne ou plus et aliment

seulement 3mois après @mwanamke_kesho ,antenne de Kavumu a des pommes de terre, les filles et les femmes n’ont pas besoin de tellement grand pour contribuer au développement non, même par un petit rien elles peuvent faire des exploits

Peut être une image de une personne ou plus, personnes debout, aliment et arbre
Peut être une image de 1 personne, position debout, aliment, arbre et plein air

……………….

Image

BUKAVU sommes heureux d vous annoncer que les 3 filles enfants dans la rue qui ont été abusée et engrossé ont accouché sans complication, bébés et mamans sont tous bien portants. merci aux sœurs de solidarité qui ont accepté de les loger pendant la période natale, et à vous tous

…………….

Mwanamke Kesho

L’organisation « Mwanamke Kesho » a sensibilisé lundi dernier des femmes et jeunes filles de Chidaho, dans le territoire de Kabare au Sud-Kivu; sur leur hygiène, et sur les droits sexuels et reproductifs.

Cette organisation de promotion et de défense des droits des jeunes filles et des femmes; pense qu’il est important que des questions liées à la sexualité soient abordées dès le bas âge en famille; afin de garantir la santé de ces femmes, qui sont déjà privées de plusieurs autres droits fondamentaux.

Grâce Maroy, Coordonnatrice de Mwanamke Kesho, estime que malgré les efforts fournis depuis plusieurs années par différents intervenants; les conditions de la femme sont restées précaires et déplorables: «les droits lui reconnus, comme le droit à un logement décent, droit à une alimentation saine, à l’habillement… sont malheureusement bafoués par ceux qui sont sensés les garantir.» dit-t-elle.

Celle-ci estime qu’avec la participation de tous les acteurs, il est encore possible de bâtir une société consciente; où règne la justice et l’équité, à travers le rôle que peuvent apporter ces femmes.

 «Nous avons aujourd’hui la chance et l’opportunité de prévenir les maux qui gangrènent la Société actuelle pour la génération montante; celle d’avoir le choix, le pouvoir de décision de ce qu’elles veulent pour elles même et pour la société entière. Nous voulons construire un monde où la femme est entendue et respectée. Puisque ce n’est pas normal que la femme continue de mourir de faim; ou que des cas des malnutritions continuent d’être identifiés chez les enfants et femmes; dans un pays comme le nôtre, avec toute les richesses que nous possédons.» dit l’organisation.

Profitant de cette occasion, Mwanamke Kesho a remis le même jour des habits et savons à plusieurs dizaines de ménages. Une danse a également été jouée par des jeunes filles encadrées par cette organisation à Bukavu; en termes de soutien et de réconfort à celles de Chidaho.

«Nous avons porté un message d’espoir aux femmes et filles de Chidaho, leurs appelant à l’auto-prise en charge. La femme doit désormais apprendre à compter d’abord sur elle-même, s’accepter et se battre pour le respect de ses droits.» ajoute Mwanamke Kesho.

Jean-Luc M.

;;;;;;…………….

Peut être une image de 1 personne et position debout

#Chidaho#KabareDanser pour transmettre un message d’espoir ✊ aux jeunes filles et femmes en difficulté Vivez en image la joie de partager avec ceux qui en ont le plus besoin

…………….

Février 2021

Peut être une image de une personne ou plus, personnes debout, arbre et plein air

Nous faisons notre partNous contribuons à travers l’agriculture à la réduction de la pauvreté et de laalnutrution dans notre communauté #kalehe#Mungwawere

Peut être une image de une personne ou plus, personnes debout et plein air
Peut être une image de 1 personne, enfant, position debout, position assise et plein air

………….

Image

Les linges sont d’usage intime, elles ne sont pas à porter comme de foulard sur nos têtes ; elles doivent être bien gardées et séchées pour une bonne santé et l’hgiene @RRusangwa aux filles de Muhongoza

Image

Que retenir du cycle menstruel chez la jeune fille ? Très peu sont encore informées malgré le cours d’éducation à la vie ds des écoles, au village il est rare k l’enseignant aborde ces questions et même en famille l’une de causes qui expose les jeunes filles aux grossesses précoces

Mars 2021

Dans le cadre de clôture du mois de mars consacré aux droits des femmes, l’organisation Mwanamke Kesho vient de tenir une série d’activités dans le territoire de Kalehe en province du Sud-Kivu du 29 au 31 Mars 2021.Ceci dans le soucis de conscientiser des jeunes filles sur leurs droits et les rôles qu’elles ont à  jouer dans la communauté.

A cette occasion,les élèves de l’école primaire Munanira et l’Institut Technique Agricole et Vétérinaire (ITAV) ont été sur leurs droits et devoirs ainsi que les rôle de jeune fille dans le développement de la communauté.

«un espace nous a été  accordé pour sensibiliser  et échanger avec les élèves.ces échanges nous ont permis d’évaluer la perception qu’ont les jeunes filles sur leur avenir ainsi que celle qu’ont les jeunes garçons sur les droits, les compétences et les capacités des jeunes filles, femmes de demain(…) 200 élèves âgés  entre 10 et 15ans ont été  touchés par notre action»

Et de poursuivre

« MwaK a aussi rencontré le préfet de l’institut technique agricole et vétérinaire ITAV pour échanger sur l’importance de la conscientisation des filles et garçons sur leurs droits et rôles dans la communauté.le préfet a salué le courage de l’organisation et lui a accordé de l’espace pour discuter avec les élèves sur les rôles de la fille dans la société, ses droits et devoirs.L’objectif de ces échanges était d’évaluer la perception qu’ont les filles sur leur engagement dans la communauté et évaluer leur niveau de la compréhension du genre (….)220 élèves dont 70 jeunes filles âgés entre 14 et 20 ans ont été touchés par notre action »

Une occasion pour échanger avec les autorités locales !

Profitant de son passage en territoire de Kalehe, l’organisation Mwanamke Kesho a eu l’occasion de rencontrer les autorités pour leurs parler de l’orgnaisation et du travail qu’il réalise dans leur entité pour l’intérêt des jeunes filles et de femmes en général.

«Tout en formulant des recommandations, les autorités rencontrées ont salué les efforts de l’organisation et ont promis l’accompagnement pour la réalisation de ses objectifs notamment ceux de conscientiser les femmes et filles à la participation de la gestion de la chose publique,au développement…»

L’autonomisation de la femme parmi les moyens de lutter contre les violences faites aux femmes !

Pour l’organisation Mwanamke Kesho,la femme doit penser être forte financièrement non seulement « pour lutter contre les violences sexuelles et basées sur le genre,mais aussi  lutter contre l’injustice,les inégalités et être compétitive avec l’homme».

Ainsi,la coordination de MwaK a participé à la rencontre hebdomadaire des jeunes filles et femmes de MwaK antenne de Kahele réunies en AVEC (association villageoise d’épargne et de crédit)

Au cours de la rencontre madame Leonie Kabalama à montré aux membres l’importance d’épargner, soulignant que la femme doit être forte économique pour palier aux problèmes actuels «Représentativité,participation, considération »si la femme veut être compétitive elle doit arrêter de tout attendre de l’homme.

«Des champs dotés par MwaK aux filles et femmes membres de l’orgnaisation pour les mettre au centre de la lutte contre la pauvreté, l’insécurité alimentaire et promouvoir l’autonomie financière chez la femme ont été visité par la coordination pour se rendre compte de l’évolution des travaux d’agriculture»

A notre source de conclure : « l’antenne de Kalehe se dit satisfaite car il contribue à la survie de leurs enfants, ils ne peuvent pas mourir de faim et ils ont des légumes dans les champs»

Par Loni Irenge Joël

………….

Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’Mwanamke Organisa Kesho CLOTURE DU MOIS DE LA FEMME CE 30MARS 2021 A KALEHE Thème: "LEADERSHIP ÉGALITAIRE DANS UN MONDE POST COVID' -CONFERENCE ASSAINISSEMENT- -PORTE OUVERTE DEBAT-’

Dans le cadre de clôture du mois de mars consacré aux droits des femmes, #MwaK a mené une série d’activités dans le territoire de kalehe du 29 au 31 mars, s’inscrivant dans l’angle de la conscientisation des jeunes filles sur leurs droits et les rôles qu’elles ont à jouer dans la communauté. Nous avions rencontré et échangé avec le directeur de l’école primaire MUNANIRA Mr MUSHENGEZI Benoît sur l’importance de la conscientisation des jeunes filles et garçons sur leurs droits, devoirs ainsi que leurs rôles à jouer dans la communauté dès les bas âges. À cette occasion un espace nous a été accordé pour sensibiliser et échanger avec les élèves. Ces échanges nous ont permis d’évaluer la perception qu’ont les jeunes filles sur leur avenir ainsi que celle qu’ont les jeunes garçons sur les droits, les compétences et les capacités des jeunes filles, femmes de demain. 200 élèves âgés entre 10 et 15ans ont été touchés par notre action. Ensemble faisons entendre la voix de la jeune fille et de la femme général

…….

Tufaulu pamoja - jeunes

Projet « Tufaulu Pamoja » : des leaders des jeunes en séance de travail, en prélude de l’élaboration d’une feuille de route

Il s’est tenu dans la ville de Bukavu, ce mercredi 17 mars 2021; une séance de travail entre des leaders des jeunes, partenaires de mise en œuvre et leurs partenaires financiers, en prélude d’élaboration d’une feuille de route provinciale, dans le cadre du projet « Tufaulu Pamoja ».

Au cours de cette séance, Emmanuel Chofi, chargé du projet « Tufaulu Pamoja » chez CAFOD a rappelé aux participants ; la vision globale du projet ainsi que les étapes clé de celui-ci. Il a également expliqué ce dont les partenaires attendent des jeunes, à travers ce projet.

Revenant sur les trois piliers de ce projet, Emmanuel Chofi a demandé aux jeunes de le faire leur; afin d’en arriver aux résultats escomptés.

C’est-à-dire, amplifier la voix de la jeunesse pour leur participation politique d’ici 2023 ainsi qu’au processus de paix.

« Nous avons été ici avec des leaders des jeunes. Ensemble on s’est rappelé la vision globale du projet « Tufaulu Pamoja », et c’est en prélude d’un atelier qui sera organisé bientôt ; avec une cinquantaine des représentants des organisations des jeunes en province; pour l’élaboration d’une feuille de route provinciale», a-t-il expliqué.

De son côté,  le chargé des programmes à La Prunelle asbl; qui est l’organisation lead au Sud-Kivu, a, au nom des participants, remercié CAFOD et a promis de ne ménager aucun effort pour que tous les objectifs de ce projet soient atteints.

» C’est un sentiment de gratitude  envers nos partenaires de CAFOD. Nous allons vraiment travailler, comme vous le voyez, avec la structure faîtière des jeunes; et on espère à des résultats escomptés. Ce projet est donc une opportunité pour des jeunes, de pouvoir s’organiser et revendiquer leurs droits les plus fondamentaux », déclare-t-il.

Notons que le projet « Tufaulu pamoja »(réussissons ensemble) est un projet qui vise à amplifier la voix de la femme et celle des jeunes, pour leur participation aux instances de prise et au processus de paix.

Il est financé par l’ambassade de la Suède en RDC; à travers l’organisation CAFOD passant par la CEJP.

Étendu sur 3 ans, ce projet est exécuté dans le Nord et Sud-Kivu, Ituri, Haut-Katanga, Tshopo, Tanganyika, Kasai oriental et la ville province de Kinshasa.

Judith Maroy 

;;;;;;;

Concours

Elles sont 4 lauréates, des jeunes filles primées dans différents domaines par l’organisation Mwanamke Kesho, après la finale de son Concours, organisée ce vendredi 5 mars 2021.

Ce cours organisé dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la Femme; visait à donner à ces dernières l’opportunité de s’exprimer, et de partager leurs rêves pour l’avenir.

Dans la salle de l’Institut Français de Bukavu, Agathe Ntabuguma a remporté le volet Miss Art (photographie, danse, musique, peinture). Celui de Miss Leadership et politique a été remporté par Zawadi Henriette, celui de Miss Entrepreneuriat par Léontine Djuma, alors que la Miss Digital  est Marie Thérèse Zihiruka.

Ce concours lancé le 7 février 2021, avait connu la participation de 57 jeunes filles. Selon Grace Maroy, Coordonnatrice de Mwanamke Kesho, cette activité a également permis à ces derniers de découvrir leurs potentialités; et elles seront désormais motivées à pousser leurs ambitions encore plus loin.

« Cette journée dédiée aux droits des femmes se célèbre sous la pandémie du Covid-19, avec des restrictions et des mesures à respecter. Nous n’avons pas pu réunir un grand nombre pour venir découvrir les talents jeunes filles, femmes de demain mais nous comptons y revenir dès que la situation va redevenir normale. Sous le thème international de leadership dans un monde égalitaire, quel est le rôle des jeunes filles et des femmes ? sont-elles à mesure s’assumer des responsabilités aujourd’hui ?  Ces jeunes filles femmes de demain ont besoin d’être orientées, motivées, formées… C’est l’un des objectifs de ce concours, au-delà de les donner de l’espace pour s’exprimer faire entendre leur voix ou faire connaître leur problème ainsi que leurs potentiels, » dit-elle.

Les lauréates à ce concours ont remercié Mwanamke Kesho pour l’organisation de ce Concours; et souhaitent que ce ne soit pas la dernière activité pareille. «Je dis merci à cette organisation pour l’encadrement, et pour nous  avoir donné l’occasion de nous exprimer; en parlant de tout ce que nous savons pour réclamer les droits de la  jeune fille,» dit Agathe Ntabuguma.

Signalons que les activités qui ont précédé la finale de ce Concours se sont déroulées dans les trois communes de la ville de Bukavu; dont certaines étaient organisées dans l’enceinte de l’école primaire Camp Cinéma dans la commune de Kadutu; d’autres au quartier D dans la commune de Bagira; avant de se rencontrer dans la salle de l’Institut Français de Bukavu, le mardi 2mars 2021 pour l’étape de demi-finale; qui a mis en face 17 jeunes filles des 3 communes de la ville.

Mwanamke Kesho est une organisation qui travaille dans l’accompagnement de la Jeune fille et de la femme; en luttant pour la protection de leurs droits. Elle organise également différentes activités de formation sur l’hygiène personnelle, la santé sexuelle et reproductive; les compétences sociales générales; et la sensibilisation des  communautés locales pour donner aux filles et aux jeunes femmes mieux de chances de réussir dans leurs activités personnelles et professionnelles.

Julien Bahindwa et Noella Bahizire

Peut être une image de une personne ou plus, personnes debout, chaussures et intérieur

 

 

Avril 2021

Peut être une image de debout, plein air et arbre

KALEHE

La femme doit penser être forte financièrement non seulement pour lutter contre les violences sexuelles et basées sur le genre, mais aussi lutter contre l’injustice, les inégalités et être compétitive avec l’homme. La coordination de #MwaK participé à la rencontre hebdomadaire des jeunes filles et femmes de #MwaK antenne de Kahele réunies en AVC (association villageoise d’épargne et de crédit) Au cours de la rencontre madame #LeonieKabalama à montré aux membres l’importance d’épargner, soulignant que la femme doit être forte économique pour palier aux problèmes actuels ( représentativité , participation, considération ) si la femme veut être compétitive elle doit arrêter de tout attendre de lui (homme ) Des champs dotés par #MwaK aux filles et femmes membres de l’orgnaisation pour les mettre au centre de la lutte contre la pauvreté, l’insécurité alimentaire et promouvoir l’autonomie financière chez la femme ont été visité par la coordination pour se rendre compte de l’évolution des travaux d’agriculture, L’antene de Kalehe se dit être satisfait car il contribue à la survie de leurs enfants, ils ne peuvent pas mourir avec des légumes produits Ensemble faisons entendre la voix de la jeune fille et de la femme en général

Peut être une image de debout, plein air et arbre

 

……….

Peut être une image de une personne ou plus, personnes assises et intérieur

#Bukavu:Pour les jeunes, que retenir de la résolution 2250 ? 50 organisations des jeunes et de la société civile dont #mwanakekesho ont pris part à un atelier de formation de 3 jours sur l’élaboration d’une feuille de route provinciale dans le cadre du volet jeune #TufauluPamoja (réussir ensemble) piloté par LAPRUNELLERDC.INFO Les jeunes et particulièrement les filles doivent être informées et surtout participer à la gestion de la chose publique

 

Peut être une image de 12 personnes, personnes debout et plein air

#Idjwi Deuxième jour :Pour que quelqu’un puisse protéger, accomplir ou revendiquer ses droits et devoirs il a besoin de les connaitre et bien Le dieuxieme jour notre forum s’est focalisé plus sur l’information et l’échange avec 25 jeunes filles sur la résolution 1325 des nations unies qui parle des droits et libertés des femmes, la participation aux instances de prise de décision, Parce que nous avons besoin d’avoir des femmes demain prêtes et capables nous portons notre attention plus sur la jeune fille Ces jeunes doivent doivent espérer et être forte, autonomes, considérées,…Comment y parvenir ? C’est ce que vous découvrirez avec nous,Ensemble faisons entendre la voix de la jeune fille et de la femme en général.

Peut être une image de 3 personnes et personnes assises

#Idjwi#MwaK a tenu ce samedi 10 avril dans la maison des jeunes des échanges avec 25 jeunes filles, ces dernières sensibilisées sur l’engagement citoyen de la jeune fille «femme de demain» , l’autonomisation de la femme et sa participationLe combat de la Concsientisation pour espérer un changement avec impact doit commencer dès cet âge, ces femmes portent en elles le feu l’espoir pour une société nouvelle et égale

;;;;;;;;;;

Peut être une image de une personne ou plus, personnes assises et intérieur

#Idjwi Mwanamke Kesho #MwaK a tenu ce samedi 10 avril dans la maison des jeunes des échanges avec 25 jeunes filles, ces dernières sensibilisées sur l’engagement citoyen de la jeune fille «femme de demain» , l’autonomisation de la femme et sa participationLe combat de la Concsientisation pour espérer un changement avec impact doit commencer dès cet âge, ces femmes portent en elles le feu l’espoir pour une société nouvelle et égale

Peut être une image de 1 personne, position debout et position assise

Peut être une image de 3 personnes, personnes debout, plein air et arbre

  #MwaK a aussi rencontré le préfet de l’institut technique agricole et vétérinaire ITAV pour échanger sur l’importance de la conscientisation des filles et garçons sur leurs droits et rôles dans la communauté.Le préfet a salué le courage de l’organisation et lui a accordé de l’espace pour discuter avec les élèves sur les rôles de la fille dans la société, ses droits et devoirs.L’objectif de ces échanges était d’évaluer la perception qu’ont les filles sur leur engagement dans la communauté ainsi qu’evalué leur niveau de la compréhension du genre.220 élèves dont 70 jeunes filles âgés entre 14 et 20 ans ont été touchés par notre action Ensemble faisons entendre la voix de la jeune fille et de la femme en général

 

Conférence de presse sur l’impact de la covid19 sur la vie des jeunes filles dans la ville de Bulavu